Editorial 80 : Handicap & Vie affective et sexuelle

J’aime Ne bougez pas Je n’aime plus
 
1

Chers lecteurs,

Ce 80e numéro de la revue ErgOThérapies est consacré à un sujet encore délicat et souvent difficile à aborder : l’accès à une vie affective et à la sexualité, pourtant ô combien essentiel ! Paru récemment, un « Manifeste pour une vie affective et sexuelle digne pour les personnes en situation de handicap », soutenu par de nombreuses associations et à destination de nos politiques, souligne l’exigence de dignité dans ce désir de vie sexuelle et affective et de sortir enfin du tabou autour de la sexualité1.

Dans sa pratique centrée sur la personne, prenant en compte les occupations et l’environnement, l’ergothérapeute peut être sollicité par des personnes en difficulté pour accéder à ces domaines occupationnels existentiels. De quelle manière aborder le sujet et à quel moment ? Comment répondre à leurs questionnements ? De quels outils le professionnel dispose-t-il pour apporter une aide la plus personnalisée possible ? Quelle est l’étendue de notre intervention ? Quels sont les enjeux éthiques en ergothérapie ?

Les difficultés rencontrées autour de l’intimité, de la perturbation de l’activité sexuelle, de la vie sentimentale doivent être incluses dans le processus de réadaptation de la personne en situation de handicap, et les auteurs ayant répondu à notre appel à articles témoignent de cette prise de conscience, de cette recherche et de l’intérêt portés à ce domaine qui touche le quotidien.

Marie de Jouvencel, Isabelle Zurbach et Caroline Bourdon ouvrent ce dossier en abordant la sexualité et le handicap cognitif.

Charline Legendre-Lepinoy s’est intéressée à la qualité de vie chez le blessé médullaire et nous décrit comment l’accompagnement sexuel peut influencer la qualité de vie de la personne.

Samar Muslemani et Cynthia Gagnon nous présentent un outil qu’elles ont mis au point, pour les clients atteints d’une maladie neuromusculaire, un guide de pratique en lien avec la sexualité et la vie amoureuse.

Sandrine Hudson Pradier nous offre une vision pratique de cette activité fragile qu’est la sexualité, en particulier chez les hommes âgés.

Enfin, par sa lecture de l’ouvrage de Beth Ann Walker, Pierre-Louis Auger nous invite à repousser les frontières et à découvrir la démarche de cette professeure agrégée d’Indianapolis et ses collaboratrices dans la conception d’un outil développant simultanément un modèle théorique et un outil d’évaluation portant sur la sexualité et l’occupation pour les ergothérapeutes.

 

Ce numéro est complété par trois articles hors thématique, mettant tout d’abord à l’honneur Thomas Piazza avec le deuxième prix du concours d’article 2019-2020, et son article sur l’ergothérapie signifiante.

Enfin, Marie-Laure Kaiser et Caroline André Carrasco nous redonnent les valeurs de référence pour le Test des manipulations dans la main modifié pour les enfants de 6,5 ans à 9,5 ans, tandis que Capucine Hamdi-Bourgois a révisé le Test de manipulation des outils scolaires et a étendu les étalonnages aux classes de CM2 et de sixième.

Bonne lecture à tous et toutes, et très belle année 2021 !


Article rédigé par :
  • Claire Camus Corvée

    Coordonnatrice de ce numéro
    Ergothérapeute DE
    DIU de Brûlologie, 2014
    Exercice libéral, Chelles (77)
    claire.corvee@gmail.com


  • Samuel Pouplin

    Rédacteur en chef et coordonnateur
    de ce numéro
    Ergothérapeute PhD
    Docteur en sciences de la motricité
    et du mouvement humain
    Plate-forme nouvelles technologies, hôpital
    Raymond-Poincaré, Garches
    Directeur de l’Unité de recherche ERPHAN,
    Université Versailles – Saint-Quentin
    samuel.pouplin@aphp.fr


Commenter cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *