Éditorial ErgOThérapies 78 : Les activités physiques dans les occupations

J’aime Ne bougez pas Je n’aime plus
 
1

Le thème de ce nouveau numéro de la revue ergOThérapies, prévu bien avant la pandémie liée à la COVID-19, est directement lié à cette période très particulière, le confinement ayant privé d’occupation une grande partie de la population française et mondiale.

La sédentarité est le quatrième facteur de risque de mortalité au niveau mondial après l’hypertension, le tabagisme et le taux élevé de glucose dans le sang (OMS, 2010).

Des recommandations mondiales sur l’activité physique ont été publiées en 2010 et en France ont paru de nombreux plans et rapports sur la question.

Mais qu’entend-on par activité physique ? Le domaine recouvert par cette notion est extrêmement large, qu’il s’agisse de la vie quotidienne, du travail, des loisirs, du sport, etc., et il implique de nombreux professionnels – dont les ergothérapeutes. Promouvoir l’activité humaine et l’engagement dans les occupations est au cœur de la profession.

 

C’est en toute logique qu’Isabelle Marchalot, ergothérapeute, cadre de santé à l’Institut de médecine physique et de réadaptation d’Hérouville-Saint-Clair, ouvre ce numéro en développant le véritable enjeu pour les ergothérapeutes de promouvoir l’activité physique. Elle a représenté l’ANFE au sein du groupe de travail mené par le Pr Bigard (« Activité physique et maladie chronique, quelles compétences pour quels patients ? », rapport remis au directeur général de la santé en 2016) ainsi que dans le groupe de travail de l’ARS, « Activité physique et sportive sur ordonnance ». Deux dossiers ont été réalisés par l’ANFE. Ces documents sont essentiels, et nous vous en conseillons la lecture1 !

Cette entrée en matière se poursuit par la revue de littérature de Romain Bertrand, ergothérapeute MscOT de la Haute École de travail social et de la santé de Lausanne, qui explore l’activité physique et sportive comme vecteur de l’engagement occupationnel.

Puis des articles directement liés à la pratique des ergothérapeutes détaillent des expériences professionnelles riches, qui, nous l’espérons, vous donneront des éléments pour votre pratique.

Une autre vision du soin nous est donnée par Kyrha Lemarié, ergothérapeute dans un service de psychogérontologie. Elle pratique et utilise la boxe comme médiateur de soins en réhabilitation psychosociale.

Marietta Kersalé et Adrien Masson, respectivement ergothérapeute et neuropsychologue à l’hôpital du Kremlin-Bicêtre, nous font part de l’intérêt de leurs interventions conjointes de mise en place d’activité physique auprès de personnes ayant présenté un traumatisme crânio-cérébral léger. Elle contribue au renforcement de l’estime de soi et à la restauration du sentiment de compétence.

« Se mettre en mouvement » lorsque l’on est en situation d’enfermement, pour améliorer la qualité de vie est l’objectif de Muriel Launois. Trois vignettes cliniques illustrent sa pratique.

Enfin, à l’établissement médical de La Teppe, l’activité physique est intégrée au parcours de soin par tous les professionnels concernés. L’étude réalisée définit « trois logiques d’intervention en activité physique pour répondre aux besoins des usagers atteints d’épilepsie : médicale, éducative et culturelle ».

 

Pour conclure ce numéro, nous sommes heureux de vous présenter l’article arrivé en tête au concours d’articles organisé par l’ANFE. Lucie Ménard s’est interrogée sur l’amélioration de la participation sociale des personnes en situation de handicap dans les espaces publics de loisir par la collaboration ergothérapeute/urbaniste. Ce champ d’intervention est encore peu investi par les ergothérapeutes et son travail de recherche ouvre de nombreuses perspectives !

Bonne lecture ! Bel été !


Article rédigé par :
  • Véronique Péron

    Ergothérapeute DE
    Master Action sociale et de santé (UBO)
    Coordonnatrice de ce numéro
    Formatrice à l’IFPEK
    12 rue Jean-Louis Bertrand
    35000 Rennes
    v.peron@fpek.org


Commenter cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *